Mao : la marque rouge ?

Mao : la marque rouge ?

Metis Jujing Consulting & Market Research, Art Cn, Anne-Cécile Noique Art Gallery, Claude Hudelot vous invitent à la soirée.

Programme :

Intervenants :
Claude Hudelot, sinologue, historien de la Chine contemporaine, ancien attaché culturel à Pékin puis à Shanghai, écrivain
.
Grand passionné et expert de la Chine, Claude Hudelot nous fera l’honneur de revenir sur la génèse et l’écriture de son ouvrage “ Le Mao ”, Éditions du Rouergue, 2009, “ Mao ”, Horizons Editions, Londres, 2012. A partir d’un petit corpus d’icônes qui seront projetées, il donnera certaines clés permettant de comprendre le pourquoi et le comment du culte de la personnalité le plus inouï de toute l’histoire de l’humanité, tout en narrant des anecdotes savoureuses ou cruelles.

Catherine Becker, auteure de la Marque Rouge, ouvrage à paraitre sur la compréhension de la Chine à travers les marques et l’art contemporain, définira ce qu’elle appelle “ la marque Mao ”.

Les échanges seront suivis par un cocktail et la diffusion du film de C.Hudelot et de Jean-Michel Veccheit : Hou Bo, Xu Xiaobing, photographes de Mao (54 min, 2003).

Extraits & résonances

« (…) Mao revient ! Non seulement parce que la Chine développe à tout crin le “ tourisme rouge ”, mais surtout parce que le contexte de crise économique mondiale remet à l’honneur certaines valeurs prônées par le premier président de cette république. Mao revient, comme Karl Marx et comme d’autres penseurs convaincus de la nécessité de trouver une autre voie que le capitalisme. Il revient aussi, porté par tout un courant de l’art contemporain chinois qui s’est approprié son fameux slogan “ On a raison de se révolter ”. D’autres s’emparent de son icône, sur les traces d’Andy Warhol, pour mieux la détourner, la triturer et comme lui faire rendre gorge une dernière fois. Mais, au fait, Mao nous a-t-il jamais quittés ? ».
Guy Gallice et Claude Hudelot, extrait de “ Le Mao ˝ éditions Rouergue.

« Et n’est-ce pas la tête de Mao qui est venue cristalliser dans l’imaginaire collectif jusqu’à aujourd’hui, le lieu de la convergence ? La répétition de la tête de Mao n’est-elle pas l’expression de la marque Chine, son attribut fondamental ? La multiplication des figures de Mao est une synthèse du pop art et de la Mémoire, de Warhol regardant la Chine et de la Chine regardant le monde : c’est une seule image, un point d’unité qui va se diffracter à l’infini. N’est-ce pas la dernière ruse de Mao ? ».
Catherine Becker, extrait de “ La Marque Rouge ˝.

Les interventions seront en français, avec la possibilité de bénéficier d'une traduction en chinois.

Merci de confirmer votre présence par retour de mail.